HISTORIQUE DE LA MISSION

L'Organisation de l'unité africaine a été créée en 1963, 18 ans après les Nations Unies en 1945. Quatre États africains - l'Égypte, l'Éthiopie, le Libéria et l'Afrique du Sud - étaient membres fondateurs de l'ONU.

Au fur et à mesure que les États africains devenaient indépendants, ils affirmaient leur souveraineté et leur indépendance en rejoignant les Nations Unies. Ainsi, le groupe des Nations Unies en Afrique a connu une croissance exponentielle. 29 Etats membres - Libye, Maroc, Soudan, Tunisie, Ghana, Guinée, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo, Côte d'Ivoire, République démocratique du Congo, Gabon, Madagascar, Niger, Somalie, Togo Le Mali, le Sénégal, le Nigeria, la Sierra Leone, la Mauritanie, la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda, l'Algérie et l'Ouganda ont rejoint l'ONU entre sa formation et la création de l'OUA.

First Meeting of the Organisation of African Unity in Addis Ababa, 1963

Amb. Thiam  left) at an African Group Press Briefing in 1970

Alors que l'OUA cherchait à affirmer sa position de groupe unificateur pour les États africains, elle cherchait à collaborer avec des organisations et des organismes internationaux. Ainsi, lors de la 20ème session de l'Assemblée générale, en 1965, l'ONU a voté pour inviter l'OUA à assister à ses sessions en tant qu'observateur. C’est la troisième plus ancienne mission d’observation aux Nations Unies.

Bien que l'OUA ait été admise en tant qu'observateur, trois années supplémentaires ont été nécessaires pour établir une mission permanente. Au cours de cette période, le Kenya, le Malawi, la Zambie, la Gambie, le Botswana et le Lesotho sont devenus des États membres de l'ONU. En 1968, l'Ambassadeur Mamadou Moctar Thiam du Mali est devenu le premier observateur permanent de l'OUA / UA auprès des Nations Unies. La position de l’Ambassadeur Thiam a coïncidé avec une croissance accrue pour l’OUA et a contribué à soutenir le Groupe africain. Cela a été renforcé par la réunion du Conseil des ministres de l’OUA à Lagos en 1964, qui a créé un bureau pour servir de secrétariat au Groupe africain. Pendant le mandat de l’Ambassadeur Thiam, Maurice, Eswatini (anciennement le Swaziland) et la Guinée équatoriale sont devenus des États membres. Angie Brooks, du Libéria, est également devenue la première présidente du Groupe africain de l’Assemblée générale, après Mongi Slim de Tunisie, et Alex Quaison-Sackey du Ghana.

Amb. Ouattara addressing a General Assembly committee

L'ambassadeur Thiam est parti en 1972 et a été remplacé par l'ambassadeur Mamadou Diarra également du Mali. Alors que l’ambassadeur n’a servi qu’un an, la Guinée-Bissau a rejoint l’ONU pendant son mandat. Il a également soutenu les travaux sur l'élection du futur président algérien Abdelaziz Boutefika à la présidence de l'Assemblée générale.

L'Ambassadeur Dramane Ouattara du Burkina Faso a succédé à Diarra et a servi de 1974 à 1978. Au cours de son mandat, l'ONU a accueilli plus d'États membres africains: Cabo Verde, Mozambique, Sao Tomé et Principe, Comores, Seychelles, Angola et Djibouti.

Amb. Diarra addressing the Security Council in 1973

L’Ambassadeur Oumarou Garba Youssoufou du Niger a succédé à Ouattara pendant 10 ans, le mandat le plus long à ce jour. Pendant son mandat, le Zimbabwe a rejoint le groupe, le portant à 51 membres. Sa longévité a également aidé certaines des missions, un grand nombre de représentants permanents ayant changé au cours de ce mandat.

Il a été remplacé par le Sénégalais Ibrahima Sy, qui était à New York de 1990 à 1997. La Namibie et l’Érythrée ont rejoint l’ONU pendant son mandat. Il était également à New York pour les campagnes réussies et les élections des secrétaires généraux des Nations Unies, Boutrous Boutrous-Ghali d'Egypte et Kofi Annan du Ghana, les deux dirigeants africains de l'ONU.

Amb. Sy presenting his credentials to Secretary-General de Cuellar

Amb. Youssoufou (3rd from right) at an Office of Emergency Operations in Africa meeting

Le sixième chef de la mission était le Sénégalais Amadou Kebe, qui a siégé de 1997 à 2004. Face au nombre croissant d’États souverains, il serait le premier ambassadeur, sans ajout de nouveau membre africain de l’ONU, pendant son mandat. Le travail de l’Ambassadeur Kebe a été crucial pour accroître les collaborations avec l’Union africaine nouvellement formée, en tant que premier ambassadeur officiel de l’UA auprès des Nations Unies. Durant son mandat, la mission a quitté le 346 East 50th Street pour se rendre à son nouveau bureau situé au 305e East 47th Street.

Amb. Kebe presenting his credentials to Secretary-General Annan

Amb. Ratsifandrihamanana presenting her credentials to Secretary-General Annan

En 2006, l’ambassadrice de Madagascar, Lila Ratsifandrihamanana, est devenue la première femme à occuper ce poste. Elle était en fonction jusqu'en 2009, date à laquelle elle a été remplacée par l'ambassadeur Tete Antonio de l'Angola. En 2011, le plus jeune Etat d'Afrique du Sud, le Soudan du Sud, est devenu le dernier membre des Nations Unies.

 

En mars 2018, l'ambassadrice Fatima Kyari Mohammed du Nigéria a succédé à l'ambassadeur Antonio pour devenir le neuvième chef de la mission et la deuxième femme à occuper ce poste.

Amb. Antonio presenting his credentials to Secretary-General Ban

Amb. Mohammed presenting her credentials to Secretary-General Guterres

EN SAVOIR PLUS SUR L’UA

Commission de l’Union africaine

Organes de l’Union africaine

Representations permanentes de l’Union africaine

EN SAVOIR PLUS SUR L’ONU

PLAN DU SITE

CONTACT

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Flickr - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

©2019 Mission Permanente d'Observation de l'Union Africaine aupres des Nations Unies