A3 JOINT STATEMENT ON THE SITUATION IN LIBYA


Joint Statement

By His Excellency Michel Xavier BIANG,

Ambassador, Permanent Representative on behalf of the A3


SECURITY COUNCIL BRIEFING ON THE SITUATION IN LIBYA (UNSMIL)

WEDNESDAY, 16 MARCH 2022 (10:00AM)


Thank you, Madam President,


1. I have the honour to make this statement on behalf of the A3, namely Gabon, Ghana and Kenya.


2. We thank Under Secretary General, Rosemary Di Carlo, and Amb. Tirumurti, Chair of the 1970 Committee and Dr. Jazia Jibril for their briefings and welcome the participation of the Representative of Libya.


Madam President,


3. Listening to the people of Libya, we have repeatedly heard their keen desire for a secure environment in which to pursue their social, economic and political aspirations. In the past one and a half years, they have made significant progress in their peace process.


4. The current political stalemate in Libya is, therefore, of great concern to us. It threatens to erode the gains that have been painstakingly attained. This will also negatively affect progress in the other tracks of the peace process. It is important that the stalemate is quickly broken.


5. We are also concerned by the reported increased movements of armed groups around Tripoli. We urge for calm and restraint from all parties. And call on them to utilise the mediation channels on offer by the United Nations, the African Union, neighbouring states and other partners of goodwill.


6. We acknowledge and support the desire of the people of Libya to hold elections. We salute them for registering in large numbers as voters. It is important that the elections are grounded in a constitutional framework that enjoys the widest possible consensus. We therefore propose that the efforts of the United Nations and international partners be focused on the following three imperatives:

7. First is National dialogue and reconciliation: The A3 has consistently underscored the importance of prioritising national dialogue and reconciliation as the only sustainable means of breaking the political stalemate.


8. It is important that national dialogue and reconciliation is mainstreamed into all stages and tracks and elements of the peace process, such as the unification of national institutions and the implementation of the Comprehensive Action Plan of the 5+5 Joint Military Commission of 8th October 2021.


9. We also urge that the process is inclusive of all stakeholders, including women and the youth, as an essential ingredient for ownership and acceptability of outcomes.


10. We encourage the Libyan people to use the support of the Secretary General’s good offices, the African Union and other partners of good will in carrying out the national dialogue and reconciliation.


11. Secondly is a responsive UNSMIL mandate: The United Nations Support Mission in Libya has the mandate to support the Libya peace process. To empower the Mission to effectively respond to the demands of the peace process through its evolving phases, there is need to undertake the recommendations of the independent strategic review conducted last year. We encourage Members of this Council to work towards a consensus over these elements within a substantial mandate renewal for UNSMIL for a substantial period.


12. Thirdly is the need for safeguards against the spillover of instability into the region. The continued presence and activities in Libya of foreign fighters and mercenaries undermine the sovereignty and territorial integrity of Libya and complicates the peace process.


13. Their presence also poses a threat to the Sahel region where they easily crossover through the expansive porous southern frontier. The withdrawal of those who came into Libya from the region will require close monitoring and coordination to ensure corresponding disarmament, demobilisation and reintegration in the countries of origin.


14. It is important that the DDR process be conducted in close coordination with the neighbouring states in liaison with relevant regional and sub-regional mechanisms with the support of the international community.


15. We must also point out that regional fragility wrought from the accumulation of foreign fighters and mercenaries and their arms creates a conducive environment for the growth of terrorism. It is therefore necessary to support Libya in building its counter-terrorism capacity.


Madam President,


16. We reiterate our deep concern over the suffering of the thousands of migrants and refugees in Libya. The persistent interception and return to Libyan ports of migrants crossing the Mediterranean in search of a better life in Europe is not a sustainable solution. Neither is the application of resources to the establishment of inhumane holding areas for them in Libya.


17. We condemn the inhuman treatment they are subjected to on land and sea and call on all concerned to desist from such conduct. We also condemn the provision of resources and targeted information in support of such treatment. Those involved must abide by the relevant international laws and norms and cooperate with the international community in consideration of viable ways of addressing the root causes of this migration.


18. We make this recommendation as Europe shows her powerful and praiseworthy empathy for refugees from Ukraine. We now urge the European Union to extend the same compassion, in line with International Humanitarian Law, to Africans fleeing the security and climate crises that are only tangentially of their own making.


To the people of Libya,


19. We encourage you to stay the course for peace. Despite the temporary setbacks, you can build back even better and stronger. But to achieve a state of the nation that can deliver peace and prosperity to you and your descendants, you must all exercise flexibility and compromises, choosing to prioritise the collective interests of the country over parochial interests. We urge each of the parties to let go of some of your individual demands today for the sake of your collective gain tomorrow.


20. Finally, Madam President, we reaffirm our solidarity with the people of Libya in pursuing a truly Libyan-led and owned peace process. We also reaffirm our respect for Libya’s territorial integrity and sovereignty.


Thank you.





Déclaration conjointe

de son Excellence Michel Xavier BIANG,

Ambassadeur, Représentant Permanent au nom des A3



Merci Madame la Présidente,


1. J’ai l’honneur de faire cette déclaration au nom des A3, à savoir : le Gabon, le Ghana et le Kenya.


2. Nous remercions la Sous-Secrétaire générale, Rosemary DI CARLO, et l’Ambassadeur TIRUMURTI de l’Inde, Président du Comité 1970, ainsi que Mme Jazia JIBRIL pour leurs exposés et leurs points de vue perspicaces sur la situation en Libye.


3. Nous nous félicitons également de la participation du Représentant de la Libye.


Madame la Présidente,


4. Le peuple libyen exprime depuis bien longtemps son vif désir d’un environnement sécurisé, dans lequel ses aspirations socio-économiques et politiques sont prises en compte.


5. Au cours de la dernière année, la Libye a fait d’énormes progrès dans la mise en œuvre du processus de paix.


6. Nous sommes cependant préoccupés par l’impasse politique actuelle en Libye ainsi que l’augmentation des mouvements de groupes armés autour de Tripoli. Elles menacent en effet d’éroder les gains laborieusement obtenus jusqu’à présent.


7. Il est important que cette impasse soit rapidement surmontée.


8. Nous appelons donc toutes les parties au calme et à la retenue et les encourageons à utiliser les canaux de médiation proposés par les Nations Unies, l’Union Africaine, les États voisins ainsi que les autres partenaires internationaux.


9. Nous reconnaissons et appuyons le désir du peuple libyen d’organiser des élections. Le grand nombre d’inscrits sur les fiches électorales le témoigne. Cependant, il importe que les élections soient fondées sur un cadre constitutionnel qui bénéficie du consensus le plus large possible. Nous proposons donc que les efforts de l’ONU et des partenaires internationaux soient axés sur les trois impératifs suivants :


10. Premièrement, le dialogue national et la réconciliation : l’A3 a constamment souligné l’importance de donner la priorité au dialogue national et à la réconciliation, essentiel à une sortie durable de l’impasse politique.


11. Il est indispensable que le dialogue national et la réconciliation soient intégrés dans toutes les étapes du processus de paix, tels que l’unification des institutions nationales et la mise en œuvre du Plan d’action global de la Commission militaire mixte 5+5 du 8 octobre 2021.


12. Nous insistons également sur la nécessité d’un processus inclusif prenant en compte tous les acteurs, y compris les femmes et les jeunes, pour une meilleure appropriation et acceptation des résultats électoraux.


13. Nous encourageons le peuple libyen à utiliser les bons offices du Secrétaire général, de l’Union Africaine dans la mise en œuvre du dialogue national et de la réconciliation.


14. Deuxièmement, un mandat de la MANUL plus robuste : La Mission d’appui des Nations Unies en Libye a pour mandat d’appuyer le processus de paix. Pour donner à la Mission les moyens de répondre efficacement aux exigences de la paix à travers ses phases évolutives, il est nécessaire de mettre en œuvre les recommandations de l’examen stratégique indépendant mené l’année dernière. Nous encourageons les membres de ce Conseil à œuvrer en faveur d’un consensus sur ces éléments dans le cadre d’un renouvellement substantiel du mandat de la MANUL pour une période conséquente.


15. Troisièmement, la mise en place des garanties contre les retombées de l’instabilité dans la région. La présence et les activités continues sur le territoire libyen de combattants et de mercenaires étrangers sapent la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays et complexifient le processus de paix.


16. Cette présence constitue également une menace pour la région du Sahel dont la porosité des frontières facilite la libre circulation de ces forces. Leur retrait de Libye nécessitera un suivi et une coordination pour assurer le désarmement, la démobilisation et la réintégration dans les pays d’origine (DDR).


17. Il est donc important que le processus de DDR soit mené en étroite coordination avec les États voisins, sur la base des mécanismes régionaux et sous-régionaux compétents, et de l’appui de la Communauté internationale.


18. Nous devons également souligner que la fragilité régionale résultant de l’accumulation des combattants et des mercenaires étrangers, créent un environnement propice au développement du terrorisme. A cet égard, il est indispensable d’aider la Libye à renforcer ses capacités en matière de lutte contre le terrorisme.


19. Compte tenu du lien inextricable entre la Libye, le Sahel et l’ensemble du continent africain, nous recommandons que le Secrétaire général utilise le vaste répertoire d’expertise africaine au sein de la haute direction des Nations Unies pour faire progresser le dialogue entre les parties et renforcer la coordination avec les Etats de la région.


Madame la Présidente,


20. Nous réitérons notre profonde préoccupation face aux souffrances des milliers de migrants et de réfugiés en Libye. L’interception persistante et le retour dans les ports libyens de migrants traversant la Méditerranée à la recherche d’une vie meilleure en Europe, ne sont pas des solutions durables. De même, la création de zones d’attente aux conditions de rétention inhumaines est inacceptable.


21. Nous condamnons tous ces traitements dégradants que subissent les migrants et appelons toutes les parties concernées à renoncer à de telles pratiques. Nous condamnons également la fourniture de ressources et d’informations ciblées à l’appui d’un tel traitement. Les personnes concernées doivent respecter les lois et normes internationales pertinentes et coopérer avec la Communauté internationale pour trouver des moyens viables de s’attaquer aux causes profondes de cette migration.


22. Alors que l’Europe montre son empathie pour les réfugiés provenant d’Ukraine, nous exhortons l’Union Européenne à faire preuve de la même compassion, conformément au droit international humanitaire, aux africains qui fuient les crises sécuritaires et climatiques dont ils ne sont pas les auteurs.


23. En ce qui concerne les sanctions, Madame la Présidente, nous rappelons que tous les avoirs gelés de la Libye doivent être préservés et à terme, restitués au peuple libyen. Nous rappelons donc la nécessité de les protéger contre la perte ou le détournement.


Au peuple libyen,


24. Nous vous encourageons à garder le cap pour la paix. Malgré les revers temporaires, vous pouvez reconstruire encore mieux et plus fort. Mais pour parvenir à la construction d’une nation forte, prospère pour vous et vos descendants, vous devez tous faire preuve de flexibilité et de compromis, en choisissant de donner la priorité aux intérêts du pays plutôt qu’aux intérêts individuels.


25. Nous exhortons chaque partie à renoncer aux revendications individuelles aujourd’hui pour le bien collectif demain.


26. Enfin, Madame la Présidente, nous réaffirmons notre solidarité avec le peuple libyen dans la poursuite d’un processus de paix véritablement dirigé et contrôlé par les Libyens. Nous réaffirmons également notre respect pour l’intégrité territoriale et la souveraineté de la Libye.


Je vous remercie.



0 views0 comments