DECLARATION SUR LA FORCE CONJOINTE DU G5 SAHEL


Déclaration de l'Ambassadeur Abdou ABARRY, Représentant permanent du Niger auprès des Nations unies Au nom de l'A3 et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines Sur la force conjointe du G5 Sahel


New York le 12 novembre 2021


Merci, M. le Président,


Je voudrais, au nom des A3+1, à savoir le Kenya, la Tunisie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et le Niger, remercier M. Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, pour sa présentation.


Nous remercions également la Représentante permanente du Tchad, S.E. Mme Aziza Baroud, pour sa participation au briefing d'aujourd'hui au nom du Président en exercice du G5 Sahel, et salue Mme Fatimata Ouilma Sinare pour sa contribution.


M. le Président,


Notre récent voyage au Sahel a démontré l'importance de la force conjointe G5-Sahel et son potentiel pour sauver la région des groupes terroristes armés qui, sans une réponse robuste, créeront un nouvel épicentre mondial d'instabilité et d'urgence humanitaire.


Les populations civiles sont les premières victimes de ces violences. La dernière attaque en date s'est produite le 2 novembre dans l'ouest du Niger. Les A3+1 condamnent cette attaque lâche et barbare contre des civils sans défense et présente ses condoléances au peuple et au gouvernement du Niger.


À la lumière de cette situation, nous nous félicitons de l'augmentation du nombre et du rythme des opérations de la Force conjointe, ainsi que de l'opérationnalisation de sa composante de police. L'exécution des opérations, noms de code "SAMA" et "Serres d'Aigles", est une illustration encourageante à cet égard.


Face à cet état de fait, la réduction des effectifs de la force Barkhane et du contingent tchadien dans le secteur central, et le flux éventuel de combattants et d'armes légères en raison du retrait des combattants étrangers du théâtre libyen, rendent encore plus urgent le fait que la force G5-S, la MINUSMA et les forces internationales alliées comblent le fossé. Sans cela, les atrocités commises à l'encontre des civils se poursuivront et s'intensifieront.


M. le Président,


Les A3+1 prennent note du rapport du Secrétaire général en cours d'examen et de sa lettre datée du 4 octobre 2021 sur les options de soutien à la Force conjointe du G5-Sahel (FC G5-S).


Nous partageons pleinement la conviction du Secrétaire général que la création d'un Bureau d'appui des Nations Unies dédié aux FC du G5-S reste l'option la plus appropriée. Elle présente l'avantage de fournir à la Force un financement prévisible, de renforcer sa capacité de planification opérationnelle et de la doter d'un cadre de protection des droits de l'homme.


Il est urgent d'agir sur cette proposition. Il n'est plus temps de tergiverser quant aux options de soutien de la communauté internationale aux pays du G5-Sahel.


Le A3+1 se félicitent des échanges fructueux que les membres du Conseil de sécurité ont eu avec les autorités et le Commandant de la Force du G5-Sahel lors de leur récente visite au Mali et au Niger. Nous espérons que les enseignements tirés de ces rencontres auront permis de lever les quelques réserves exprimées par certaines délégations sur l'option de mise en place du Bureau d'appui dédié à la Force conjointe.


M. le Président,


Les A3+1 saluent le soutien crucial apporté par la MINUSMA à la Force conjointe, y compris au Mali, dans le cadre de la stabilisation et de la restauration progressive de l'autorité de l'État et de l'intégrité de son territoire, notamment dans le centre et le nord du pays.


En ce qui concerne la mise en œuvre du cadre de conformité aux droits de l'homme, il convient de saluer les progrès importants réalisés par la Force conjointe dans l'élaboration et la mise en œuvre du cadre de conformité aux droits de l'homme et au DIH, notamment la mise en place du mécanisme d'identification, de suivi et d'analyse des victimes civiles (MISAD) et l'intégration de composantes prévôtales dans toutes les unités combattantes de la Force conjointe, comme l'a noté le Secrétaire général dans son rapport. À cet égard, les 3+1 saluent le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour leur soutien à la Force dans ce domaine.


M. le Président,


Étant donné la complexité des défis auxquels sont confrontés les États sahéliens, la réponse à l'insécurité ne doit pas se limiter à la force militaire ; elle doit être holistique.


Nous pensons qu'il est important que le Mali fasse des progrès clairs dans sa transition vers un régime civil. Nous pensons que le succès de cette transition est si important pour réussir à surmonter les menaces des groupes terroristes.


La légitimité démocratique, la gestion efficace et équitable de la diversité, la mise en œuvre de projets de développement local sont, entre autres, des aspects clés pour le rétablissement de la sécurité au Sahel. Une mise en œuvre cohérente et coordonnée des interventions du système des Nations unies, en soutien aux efforts des gouvernements nationaux dans ces domaines, sera essentielle pour réussir.


Nous appelons donc tous les partenaires de développement des pays du G5 Sahel à tenir leur engagement de combler le déficit de financement de la stratégie de développement et de sécurité (DSS) et de son programme d'investissement prioritaire (PIP), qui se concentre sur la gouvernance, la résilience, la sécurité et les infrastructures.


M. le Président,


En raison des effets combinés de l'insécurité et du changement climatique, la situation humanitaire au Sahel s'est également détériorée. Selon les Nations unies, un peu moins de 30 millions de personnes auront besoin de protection dans la région. Il est nécessaire d'intensifier les efforts pour répondre aux besoins de ces personnes vulnérables si nous voulons éviter de créer un terrain propice au recrutement de jeunes par des groupes terroristes armés.


En conclusion, et comme l'a déclaré le Secrétaire général des Nations unies dans son dernier rapport sur la question, "la communauté internationale a l'obligation morale et la responsabilité partagée de soutenir les États membres du G5 Sahel dans leurs efforts louables pour apporter la paix et le développement durable dans la région. Ils ont fait preuve de leur volonté politique et de leur engagement en mettant en place la Force conjointe pour combattre cette menace terroriste, qui concerne toute l'humanité.



Je vous remercie.


50 views0 comments