DISCOURS DE L'ENVOYEE DE L'UA POUR LA JEUNESSE AU CONSEIL DE SECURITE DES NATIONS UNIES

DISCOURS DE L’ENVOYEE DE L’UNION AFRICAINE POUR LA JEUNESSE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES.

REUNION SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE: MOBILISER LES JEUNES VERS FAIRE TAIRE LES ARMES A L’HORIZON 2020,

New York, le 2 octobre 2019




Monsieur le Président,

Membres distingués du Conseil de sécurité des Nations Unies

Mesdames et Messieurs,


Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion d'informer le Conseil de sécurité des Nations Unies sur cet important thème de la paix et de la sécurité en Afrique, en particulier sur les contributions de la jeunesse africaine et les stratégies visant à mobiliser la famille des Nations Unies pour Taire les armes en Afrique. Je voudrais exprimer ma gratitude à la République d’Afrique du Sud pour cette invitation et pour votre rôle de premier plan dans l’avancement du programme de la jeunesse.


Je tiens également à remercier le département de l’initiative Faire Taire les armes de l'UA et le programme Jeunesse pour la paix (Y4P) du Département de la paix et de la sécurité de l'UA (PSD) avec lequel je collabore étroitement à la mobilisation des jeunes pour la promotion d'une paix durable et du développement en Afrique. Nous remercions également le Bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique auprès du Secrétaire général de l’UNESCO et le Représentant permanent de l’Union africaine auprès de l’Organisation des Nations Unies pour leur soutien continu et leur plaidoyer en faveur de la jeunesse africaine.


Permettez-moi également de féliciter nos États membres de l'UA, la République du Niger et la Tunisie, pour leur élection en tant que membres non permanents du Conseil de sécurité, ainsi que la Tunisie pour l'organisation réussie d'élections présidentielles anticipées à la suite du décès du président BCS. Les jeunes Tunisiens ont dit leur mot dans les urnes en utilisant leur pouvoir de vote, ont fait campagne avec un budget inexistant et ont choisi deux candidats hors normes. Le processus reste toutefois fragile et très difficile et nous devons outiller ces jeunes et soutenir l'innovation dans nos processus politiques.


Excellences,


Dans mon exposé, je vais aborder quatre questions principales.

Quelles sont les questions fondamentales sur lesquelles nous devons réfléchir?

Quelle est la réalité sur le terrain en Afrique?

Que faisons-nous à ce sujet à l'UA?

Que pouvons-nous faire ensemble?


En 2013, mon cousin a été recruté par Daesh à l'âge de 22 ans, alors qu'il venait d'obtenir son diplôme universitaire en ingénierie. Ce fut une expérience difficile à vivre avec la famille, ce qui m'a conduit à me demander pourquoi des jeunes comme mon cousin choisissent cette voie, alors que j'ai choisi le militantisme non violent et que nous avons tous deux grandi avec la même base éducative et sociale.


Cela m’a conduit à faire ma thèse sur le recrutement de jeunes contre l’extrémisme violent au Kenya et en Tunisie et, avec mes huit années d’activisme panafricain et mon travail d’envoyée spéciale pour la jeunesse de l’UA depuis ma nomination en novembre dernier, je souhaite proposer au conseil 4 réflexions sur notre sujet aujourd'hui;


1- Tout d’abord, il s’agit d’une question de récit;


Malheureusement, lorsque les jeunes africains attirent l'attention des dirigeants du monde, on parle d'eux comme auteurs de violence, avec des images portant des armes à feu, comme étant une classe dangereuse, des chômeurs, des migrants mourant dans la région méditerranéenne,. Mais ils ne sont pas considérés comme la génération de bâtisseurs de la paix ayant changé le cours de l'histoire, révolutionné la technologie, inspiré de nouvelles formes d'engagement des citoyens. Les jeunes Africains ne se résignent pas aux difficultés de leur situation mais utilisent leurs aptitudes et leur créativité pour construire l'Afrique que nous voulons.


Il y a un risque que la victimisation réduise à néant le potential de la jeunesse. Beaucoup de jeunes ont intériorisé l'idée d'être marginalisés, sans voix, et désormais perçus comme héroïques lorsqu'ils rejoignent des groupes violents. Lorsque nous ne valorisons pas nos jeunes et leur contribution à la société, ils chercheront à être reconnus ailleurs.

Par conséquent, notre définition du dividende démographique devrait porter sur le dividende de la paix, la jeunesse en tant que capital humain, talent et moteur de notre continent.


Nous devons changer le discours sur la jeunesse africaine en tant qu’acteur collectif positif parmi les générations les plus informées et les plus résilientes jamais vues par l’Afrique, et la génération la plus cool!


La question narrative est également sexospécifique car les stéréotypes sexistes sont renforcés et les voix des jeunes femmes et leurs expériences uniques souvent méconnues.

Dans cette question narrative, nous devons également reconnaître que depuis 2010, des vagues de changements pacifiques dirigés par des jeunes ont balayé notre continent, exigeant des droits légitimes, de manière pacifique et créative.


Nous devons voir ces mouvements de jeunesse, soulèvement et activisme en Tunisie, au Sénégal, en Gambie, au Burkina Faso, en Afrique du Sud, au Nigéria, au Kenya, au Soudan, en Algérie et dans d’autres pays comme une occasion de canaliser cette énergie en un changement positif et un engagement en faveur de la consolidation de la paix.

Je viens de cette génération qui a lancé les premières révolutions pacifiques du XXIe siècle, nous avons défendu nos droits et non seulement réclamé mais dirigé le changement, nous sommes passés de sujets perçus à des citoyens actifs et à des acteurs de changement, et je suis ici avec vous aujourd'hui en témoignage d’une génération méritante à la table des décisions.


2- La question de la débrouillardise


Nous sommes une génération emprisonnée dans l'attente - en attendant l'âge adulte - parce qu'elle est en négociation constante pour retrouver sa liberté politique et financière. Il s’agit des moyens de subsistance de nos jeunes qui survivent à peine et qui ne comprennent pas les contradictions de notre époque, à savoir la population la plus jeune avec 65% de moins de 30 ans et pourtant la plus précaire et marginalisée.

Les jeunes se battent, cochant une case d'autonomisation des jeunes femmes ici, et une case de participation des jeunes là-bas! Ceci avec un manque de ressources, de soutien, un énorme défi de bureaucratie et une documentation limitée de leur travail. Ils s'efforcent d’honorer leurs cotisations annuelles, les coûts de formation et autres contributions de toute nature. Ils se battent pour obtenir des fonds en tant que société civile, se battent pour collaborer avec les institutions et les gouvernements, ils se battent pour participer aux processus de paix et se battent pour se faire représenter.


Mais la vraie lutte, Excellences, devrait être de s’assurer que nous ferons taire les armes d’ici 2020.


3- La question de l'identité et de l'appartenance


Nous voulons que les jeunes abandonnent leurs armes, mais pouvons-nous répondre à la grande question qui se pose à l’esprit des 19 ou 21 ans, qui suis-je? Qu'est-ce qu'on leur offre? Pouvons-nous donner des directives et nous assurer que nous fournirons l’environnement nécessaire à la prospérité de nos jeunes?


La grande question d'identité, dont nous ne parlons pas souvent et que nous concentrons uniquement sur des mesures temporaires réactives pour résoudre les conflits, est cruciale. Nos efforts reposent sur notre sens de l’identité à plusieurs niveaux, jeune, femme, autochtone, réfugiée, migrante, handicapée, vivant dans l’Afrique postcoloniale, etc.

Nous devons promouvoir une identité transnationale panafricaine et une citoyenneté mondiale. Quand les jeunes pensent à la fois panafricain et mondial, ils offrent un lieu d’appartenance, permettent une nouvelle imagination de l’individu et de la communauté et de l’Afrique que nous voulons sans frontières, transnationale. , communauté multilingue et multiculturelle.


Nos politiques panafricaines au sein de l'Union africaine créent le dynamisme nécessaire à travers la zone de libre-échange continentale africaine, le commerce intracommunautaire, l'ouverture des frontières, le passeport africain et les universités panafricaines. La seule façon de mettre fin à la violence sur notre continent consiste à unir nos jeunes autour d'une vision panafricaine et d'un espace d'échange, de connaissance et de solidarité. Même notre éducation devrait inculquer la fierté et responsabiliser l'enfant africain dans son identité africaine afin de lutter contre la xénophobie, la haine et l'exclusion.

Et nous ne devons pas oublier qu'il n'y a pas de panafricanisme sans féminisme.


4- Et enfin, nous devons réfléchir aux liens avec l'agenda Paix et Sécurité


Nous avons un mot à la mode dans l'espace des jeunes appelé intersectionnalité, tout pour nous est intersectionnel, notre analyse, nos défis, nos identités fluides et donc nos solutions doivent être intersectionnelles.


Il y a un lien avec le développement. ce n’est pas seulement une bonne idée d’augmenter les investissements dans le développement de la jeunesse, c’est stratégique, faire en sorte que l’avenir proche porte les fruits de la paix et de la prospérité.


Il y a un lien avec la gouvernance: nous devrions fournir la santé, l'éducation et les services que méritent nos citoyens et nos jeunes, car en l'absence de ces services, les groupes violents deviennent des acteurs économiques et sociaux.


Il existe un lien avec les inégalités car les emplois seuls ne traitent pas d'une conscience profondément enracinée et des expériences vécues d'injustice chez des jeunes qui considèrent ensuite les groupes violents comme des combattants légitimes plutôt que des auteurs de violences. L'avenir du travail doit être basé sur la dignité, car les jeunes ne veulent pas seulement des emplois mais des emplois dignes.


Il y a un lien avec le changement climatique, selon les termes du président de la Commission de l'Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat, "les effets du changement climatique dans le Sahel sont devenus une menace pour la paix et la sécurité non seulement dans la région mais aussi dans le monde entier".


Il existe un lien entre la santé et les maladies, la paix et la sécurité en Afrique. L’Agenda est confronté à un autre défi. Le virus Ebola. Comme vous le savez, une nouvelle épidémie de ce virus mortel a été signalée en République démocratique du Congo le 1er août 2018.


Depuis lors, plus de 3 000 personnes ont été infectées et plus de 2 000 sont décédées. Les femmes et les jeunes ont été les plus durement touchés. La jeunesse africaine peut échapper aux balles mais finit par mourir de toute façon si nous ne prenons aucune mesure contre Ebola, ce qui nécessitera une action collective de notre part pour lutter contre ce fléau, en adoptant également une approche axée sur la paix pour aider à freiner la propagation de la maladie et en intégrant la communauté et la réconciliation politique avec la coopération locale, en instaurant la confiance et la résilience dans les priorités de la réponse.


Excellences, depuis ma nomination par le président de la Commission, avec le soutien du Conseil consultatif de la jeunesse de l'UA, j'ai été émue par les réalisations de mes frères et sœurs au moment où nous parlons, avec des ressources limitées, voire inexistantes, avec juste le courage, la résilience et détermination à faire de l’Afrique un environnement sûr et sécurisé pour tous. La jeunesse africaine n’a pas attendu la déclaration de l’Année sur l’initiative Faire Taire les armes pour agir. Ils n'ont pas non plus attendu les résolutions de l'ONU ou les décisions de l'Assemblée de l'UA pour agir en faveur de la paix.


Monsieur le Président, je souhaite partager une partie de ce que j'ai vu et entendu:


J’ai entrepris une mission de solidarité au Sud-Soudan où des jeunes comme Jok, qui remplace les balles par des livres à l’école secondaire PromiseLand, sont à la pointe de la construction du plus jeune État du monde, en diffusant l’Accord de paix revitalisé sur le Sud-Soudan de septembre 2018.


J'ai rencontré des jeunes d'Érythrée et du Libéria qui utilisaient l'innovation pour promouvoir une culture de la paix dans leur pays.


Au Kenya, des groupes de jeunes travaillent dans des quartiers informels en donnant aux jeunes femmes, par le biais des arts, les moyens de faire évoluer les attitudes, les comportements et les actions susceptibles d'inciter à la violence.


Le Réseau d'action africain pour la jeunesse en Ouganda forme les jeunes réfugiés à la consolidation de la paix, à l'intelligence émotionnelle et au plaidoyer contre le discours de haine, y compris sur les médias sociaux.


Un coin jeunesse locale au Cameroun travaille dans huit prisons pour offrir aux récidivistes une alternative à la récidive ayant un impact positif sur environ 5 000 jeunes emprisonnés et permettant à 300 éducateurs pour leurs pairs de devenir des "Prisonniers-Prisonniers".

Excellences, Jeunesse en Afrique ont démontré un changement efficace et percutant s’ils devaient bénéficier d’opportunités, d’outils, de connaissances et de capacités.


Et la jeunesse africaine, a salué la décision des États membres de l’Union africaine de marquer l’année 2020 sous le thème «Faire taire les armes, créer un environnement propice au développement». Ce thème rend hommage aux efforts déployés jusqu'à présent pour réaliser les objectifs du projet phare de l'Agenda 2063.


Le programme Y4P Afrique de l’UA découle des décisions pertinentes de la Conférence de l’Union africaine, en particulier de l’article 17 de la Charte africaine de la jeunesse, adoptée en 2006, qui reconnaît depuis lors le rôle important de la jeunesse dans la promotion de la paix et de la sécurité. en Afrique et encourage leur participation aux efforts de médiation et de prévention des conflits.


Le 8 novembre 2018, nous avons eu le premier débat public sur la jeunesse, la paix et la sécurité au cours de laquelle le CPS a appelé les États membres de l'Union africaine à mettre en œuvre de manière urgente la résolution 2250 du Conseil de sécurité en mettant particulièrement l'accent sur l'élaboration de plans d'action nationaux (PAN) et la finalisation du projet. le cadre continental sur les YPS pour examen et adoption par les organes politiques compétents de l'UA.


Le Conseil a également demandé à la Commission de mener une étude sur le rôle et la contribution des jeunes à la paix et à la sécurité sur le continent qui sera présentée en novembre 2019; ainsi que la nomination de cinq ambassadeurs de la jeunesse africaine (AYAP), avec lesquels je travaillerai étroitement en tant qu'envoyé de la jeunesse de l'UA pour la promotion de la paix et l’initiative Faire Taire les armes.


L'UA s'emploie également à mettre fin aux pratiques néfastes telles que la mutilation génitale féminine et le mariage d'enfants qui, selon nous, font partie du programme de travail de la société contre la violence sexiste et font donc partie intégrante du programme de paix et de sécurité. C'est pourquoi l'Initiative Saleema de l'UA et l'Initiative Spotlight soutenue par l'ONU n'auraient pas pu arriver à un meilleur moment. Il est important de forger une plus grande collaboration afin de garantir que les jeunes, en particulier les jeunes femmes, jouent un rôle clé dans la lutte contre certaines des pratiques néfastes qui nuisent depuis longtemps aux agences pour jeunes femmes. Au Nigeria, 278 filles ont été enlevées il y a 5 ans. Grâce à des campagnes dirigées par des jeunes telles que #BringBackOurGirls, des actions concrètes ont été entreprises, mais 112 filles sont toujours portées disparues. Il est important que l'ONU continue de donner la priorité au sauvetage de ces filles, en particulier parce qu'elles viennent d'une région où deux filles sur trois sont mariées avant leur 18e anniversaire. Il est important que l'ONU continue d'investir dans une éducation sûre, de qualité et gratuite pour tous, en particulier les filles.


Le 16 août de cette année, j'ai rejoint le réseau des femmes africaines (AWLN) et son caucus de jeunes femmes leaders, avec le soutien d'ONU Femmes et de l'envoyée du bureau de l'UA pour les femmes, la paix et la sécurité, qui ont organisé ensemble la toute première retraite intergénérationnelle sur le leadership des femmes africaines qui fut accueillie par le gouvernement du Kenya. La Commission de l’Union africaine offre un soutien solide aux jeunes femmes par l’intermédiaire de AWLN, en partenariat étroit avec l’ONU, des organisations de la société civile africaine et des organisations dirigées par des femmes et des jeunes.


Nous reviendrons également à Nairobi pour collaborer avec SE Uhuru Kenyatta en vue de franchir une nouvelle étape dans la convocation du tout premier Sommet et festival de la jeunesse de l'UA en tant que réunion du Sommet pré-africain pour que les voix des jeunes soient incluses dans les processus de prise de décision de l'Union africaine et de l'initiative Faire Taire les armes a l'horizon 2020.


Nombre de ces engagements continueront d'avoir lieu, mais ensemble, nous pouvons avoir plus d'impact en passant des politiques à la mise en œuvre. Nous n'aurons peut-être pas besoin de plus de recommandations que nous avons besoin d'action et de résultats maintenant;


1- Promouvoir et organiser des dialogues intergénérationnels, une collaboration et des partenariats durables avec les jeunes, afin de renforcer la confiance avec les institutions et les mécanismes gouvernementaux et de lutter contre l'exclusion des jeunes. Le moment est venu pour les jeunes bâtisseurs de la paix de faire la une et pour le co-leadership intergénérationnel. Le CSNU, l'UA-CPS et les organes compétents des CER et des États membres peuvent utiliser efficacement les agences pour la jeunesse pour co-diriger les efforts de prévention des conflits et de médiation.


2- en renforçant les capacités et le leadership des jeunes par le biais de plateformes de mentorat, de stages et de leadership facilitant leur développement professionnel, en particulier dans les zones rurales; si l'ONU peut changer quelque chose pour créer davantage d'opportunités pour les jeunes en Afrique, c'est mettre fin aux stages non rémunérés à l'ONU.


3- en utilisant le sport, les arts, la musique, la danse, la narration et le film pour mobiliser la plus grande campagne continentale sur la réduction au silence des armes à feu, ces outils se sont révélés efficaces pour le plaidoyer en tant qu'approches alternatives de consolidation de la paix. Six cent millions de jeunes en Afrique constituent un gigantesque réseau d'esprits divers et novateurs, également interconnectés via le Web. En un instant, les jeunes peuvent diffuser des informations, alerter, sensibiliser et leur potentiel de sensibilisation et de plaidoyer est sans précédent avec les nouvelles technologies.


4- en investissant dans la société civile et dans l'espace civique, en apportant un soutien financier et technique direct aux interventions en faveur de la jeunesse et des initiatives en faveur de la consolidation de la paix dirigées par des jeunes, par le biais de mécanismes efficaces et durables qui profitent à leur travail, maintiennent leur impact et ne nuisent pas à eux.


5- en traduisant les engagements en actes - Nous sommes convaincus que la résolution 2457 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le silence des armes à feu en Afrique et la mobilisation ultérieure du système des Nations Unies par le Secrétaire général par l'intermédiaire du groupe de travail des Nations Unies sur le silence des armes à feu généreront le soutien nécessaire pour nos membres. aux États, à l’UA et aux CER de mettre en œuvre avec succès le programme "Silencing the Guns".


6- Enfin, s’il existe un seul cadre politique, nous devons penser que c’est l’intersection entre les programmes de WPS et d’YPS qui a été mise en évidence dans The Missing Peace: étude indépendante sur les progrès réalisés en matière de jeunesse, de paix et de sécurité. L’inclusion des jeunes femmes et des filles en tant que partenaires des travaux du Conseil sur la prévention des conflits et le maintien de la paix est cruciale. Les jeunes femmes font systématiquement partie de ces différentes catégories, ce qui les rend vulnérables à l’abandon. Les jeunes femmes et les filles font face à une double discrimination en raison de leur sexe et de leur âge, se retrouvant entre les programmes de consolidation de la paix et de prévention destinés aux jeunes et les interventions de consolidation de la paix axées sur les femmes. Il faut veiller à ce que l'inclusion, l'autonomisation et l'engagement systématique des jeunes femmes soient au cœur de la mise en œuvre des résolutions 2250 et 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies.


Excellences,


Nous ne devrions pas laisser la peur guider nos décisions, mais nous avons plus que jamais besoin d'une direction de courage qui ne soit pas seulement réactive, mais qui responsabilise et préventive.


Ma génération a soif d'un plus grand espace politique pour opérer et conduire le changement souhaité ;


Ma génération est prête à avoir un impact qui peut ne pas être compris mais qui ne peut être ignoré ;


Ma génération est prête à écarter toute concurrence malsaine et à favoriser des partenariats dans le cadre de ressources innovantes et durables,


La jeune Afrique ne peut continuer à être ignorée car étant la population la plus jeune du monde, elle mérite un siège à la table et aux postes de décision pour rendre la paix possible.


Il n’y a jamais de meilleur moment pour AGIR que maintenant et prendre la décision d’un véritable engagement des jeunes dans le programme YPS et le programme de développement.


En 2013, mon cousin, avec le soutien de notre famille, de notre communauté et des gouvernements locaux, a lancé un projet de gymnastique dans notre village, car il voulait faire la différence et inspirer les jeunes chômeurs de notre communauté à croire en eux-mêmes et à servir, car il avait réalisé son pouvoir de guérir et de réparer les espaces brisés de notre monde au lieu de le détruire. Malgré la colère et la frustration, la majorité des jeunes choisissent de ne pas riposter, mais de créer des espaces alternatifs et c’est ce que les jeunes vous demandent de faire. Nous devons nous concentrer sur la construction, la construction de communautés, la construction de la confiance, la construction du dialogue et de la résilience.


Et pour renforcer la confiance des jeunes dans les institutions, nous devons recadrer ce débat afin qu’ils puissent être perçus comme faisant partie de la solution, pas du problème.

Nous devons articuler une histoire d’espoir et de leadership de l’Afrique auprès des jeunes. Nous ne pouvons trouver mieux que les mots de Steve Biko, icône de l’Afrique du Sud, sur lesquels il a conclu : « Les grandes puissances du monde ont peut-être fait des merveilles du point de vue industriel, mais le grand cadeau doit encore venir de l’Afrique - donner au monde un visage plus humain ».


Ce visage, Excellences, est jeune. La jeunesse africaine fait déjà sa part pour la paix et le développement, car lorsque les jeunes promettent, les jeunes tiennent leurs promesses. Nous avons maintenant besoin de votre contribution et laissez-nous co-diriger.


Je vous remercie pour votre aimable attention.

33 views

Recent Posts

See All

AU RELATED LINKS

UN RELATED LINKS

SITEMAP

CONTACT US

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Flickr - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram

©2019 The Permanent Observer Mission of African Union to the United Nations.